Au cœur d’un scandale T&E, un Lord démissionne

À la fin de l’année dernière, le chef de file du parti travailliste à la Chambre des lords britannique s’est retrouvé au cœur d’un scandale retentissant. Lord Steve Bassam, qui a reconnu s’être fait rembourser à la fois ses nuits à l’hôtel à Londres et son trajet en train depuis Brighton, n’a eu d’autre choix que de démissionner.

Sur une période de sept ans, il s’est fait rembourser 260 000 £ de notes de frais, soit 36 366 £ par an, une indemnité de défraiement attribuée aux membres les plus éminents de la Chambre des lords dont le domicile principal ne se trouve pas à Londres.

Sauf que dans le même temps, il percevait également une indemnité de 41 000 £ (soit 6 400 £ par an) censée couvrir les frais du voyage quotidien de 80 km qu’il effectuait, en train et en taxi, entre Brighton et Londres.

L’indemnité perçue par Lord Bassam correspond en quelque sorte au coût d’un second domicile. Elle est accordée aux membres les plus éminents de la chambre haute britannique qui doivent assister à de longues séances de travail au Palais de Westminster.

Ce récent incident nous rappelle le scandale des notes de frais 2009 qui leva le voile sur les abus d’un grand nombre de parlementaires britanniques. Le plus marquant ? Le nettoyage, aux frais du contribuable, des douves du manoir de campagne d’un député.

Bien entendu, si l’on rit parfois de ces histoires rocambolesques qui mettent à mal des personnages de la vie publique, ces scandales doivent nous rappeler une chose importante. Les remboursements de notes de frais coûtent chaque année beaucoup aux entreprises, sans pour autant être contrôlés efficacement.

Les systèmes de gestion des frais de déplacement professionnels, comme ceux qu’offre Traveldoo, misent sur une approche dissuasive pour empêcher toute personne d’essayer d’obtenir une indemnisation à laquelle elle n’aurait pas droit. Grâce à l’application d’un système strict pour les différents types de dépenses et à des systèmes d’approbation en ligne, toutes les notes de frais, suspectes ou non, peuvent être vérifiées par la personne en charge du budget.

Dans un souci de responsabilité financière, de plus en plus d’entreprises doivent mettre en place des réglementations pour s’assurer qu’aucun membre de leur personnel ne puisse frauder le système, comme a pu le faire Lord Bassam l’an dernier. Les entreprises comme Traveldoo offrent des solutions adaptées pour empêcher de tels agissements et permettent d’économiser jusqu’à 25 % de frais de traitement.

Partager sur

Recent Posts

Inscrivez-vous à la TraveldooNews

Pour connaître les dernières news du voyage d'affaires et des frais professionnels

Félicitations ! Vous êtes maintenant inscrit à notre Newsletter !

Subscribe toTraveldooNews

Receive the latest Business Travel and Expense news !

Congratulation! You are now registered to our newsletter!

2018 : l’année de l’assistance ?icon sendNEWSLETTER